Rhinocéros d'Asie | WWF France


 
	© Michel Gunther / WWF

Rhinocéros d'Asie

Les populations de rhinocéros d’Asie sont parmi les plus menacées à travers le monde. Sur les trois espèces, deux sont sur le point de s’éteindre, le rhinocéros de Java et le rhinocéros de Sumatra.
Le WWF considère les trois espèces de rhinocéros d’Asie comme des symboles car ils sont d'emblématiques représentants de la biodiversité au sein de l’écosystème complexe dans lequel ils vivent. C’est la raison pour laquelle il agit sur le terrain. Quelques exemples.

En Inde

Dans la région du Terai, au pied de l’Himalaya népalais et indien, de nombreux efforts de conservation sont faits pour la sauvegarde du rhino à une corne. Cela passe par le transfert de rhinocéros vers de nouvelles zones et un travail avec les communautés locales pour la conservation de son habitat et la promotion de nouveaux modes de vie.

Dans la région de l’Assam, en Inde, le WWF AREAS et la International Rhino Foundation (IRF) soutiennent un projet, l'Indian Rhino Vision, qui vise à augmenter la population de 2 000 individus aujourd'hui à 3 000 d’ici 2020. Nous souhaitons nous assurer de leur bonne répartition au sein d’au moins sept zones protégées.

Le WWF travaille également avec les acteurs locaux à la sécurisation d’un couloir d’habitats entre le parc national de Kaziranga, sanctuaire pour la plus grande population de rhinocéros à une corne, et Karbi Anglong afin qu’ils puissent avoir accès à des zones plus en hauteur durant les inondations.

Au Vietnam

Au seins du Cat Tien National Park, le WWF travaille à la sauvegarde de la population restante de rhinocéros de Java, soit huit individus, avec le gouvernement vietnamien. Grâce aux efforts du WWF, le parc bénéficie d’une gestion et d’une protection accrues, d’une surveillance biologique et de recherches. Les frontières du parc ont également été redessinées et les communautés locales ont été sensibilisées à leur héritage environnemental.

En Indonésie

Au cœur de Bornéo, des études du WWF, de la Sabah Foundation (SF) et du Sabah Wildlife Department (SWD) ont permis la découverte de la plus grande population de rhinocéros de Sumatra à Bornéo. Les trois organisations surveillent à présent cette population, afin de prévenir d’éventuels braconnages.

Le WWF collabore également avec les propriétaires terriens locaux, les agris-businesses et le gouvernement à l’arrêt de la conversion de forêts sur plus de 20 000 km2 en palmiers à huile et plantations de bois, entre Kinabatangan et Sebuku Sembakung. Il s'agit d'éviter la destruction de cette forêt qui aurait entrainé une recrudescence de braconnages sur le rhinocéros de Sumatra dans cette zone.
 
Dans le Bukit Barisan Selatan National Park, sur l’île de Sumatra, en Indonésie, la population de 60 à 80 rhinocéros de Sumatra fait face la conversion de la forêt en cultures commerciales, aussi bien à l’est qu’à l’ouest de la chaîne de montagnes centrale.

Le WWF opère avec les officiels du parc à la collecte d’informations sur les rhinocéros. Les communautés locales sont également impliquées pour stopper la déforestation, préserver et restaurer l’habitat naturel.
 
Dans le Ujung Kulon National Park, sur l’île de Java, en Indonésie, des patrouilles anti braconnage mises en place par le WWF, l’IRF, et le US Fish and Wildlife Service (USFWS) se sont assurées que cette activité ne soit pas pratiquée ces cinq dernières années.

Le WWF et ses partenaires aident également les employés du parc à surveiller les rhinocéros grâce à des pièges photographiques et des analyses ADN des matières fécales. Cette surveillance indique que la population continue à se reproduire et à former des troupeaux.
 
Le WWF sensibilise également les communautés locales à cette situation et à des modes de vies alternatifs.

 
	© WWF France
Cartographie - Marché du commerce illégal de rhinocéros en Afrique et en Asie
© WWF France
 
	© WWF France
Cartographie - Application de la loi sur le commerce illégal d'espèces en Afrique et en Asie
© WWF France

La situation en Asie

Historiquement chassés pour leur corne prisée par les médecines traditionnelles asiatiques, les rhinocéros sont victimes du braconnage et surtout, de la perte de leur habitat.

En Asie du sud-est, les zones où ils sont conservés sont progressivement isolées par l’exploitation des forêts, l’agriculture et les installations humaines telles que les projets routiers ou les constructions de barrages.

Cette destruction des forêts des basses terres isole et fragmente les troupeaux, rendant ainsi la reproduction et la mixité génétique difficiles voire impossibles.

Parallèlement, les efforts de conservation menés en Inde ont permis l’augmentation du nombre de rhinocéros à une corne ou rhinocéros Indien de 600 à 2575 individus depuis 1975.

Mais là bas aussi, le développement des populations humaines crée des conflits... et des représailles.