Réussir la transition énergétique urbaine | WWF France


 
	© Global Warming images / WWF

Transition énergétique

Le WWF plaide pour que les acteurs de la ville choisissent d’investir dans la transition énergétique plutôt que dans des actions coûteuses pour l’environnement et pour le budget.
Pour changer de modèle de développement, favoriser l’essor d’une économie verte et réussir la transition énergétique urbaine, le WWF travaille sur plusieurs pistes.

Promouvoir la rénovation thermique

Le parc actuel compte 31 millions de logements en France, dont plus de la moitié (17.5 millions) a été construit avant que naisse la première réglementation thermique, en 1975. Ces logements consomment presque la moitié de l’énergie et le quart des émissions de CO2 en France. Leur rénovation est donc un enjeu fondamental pour aller vers une transition énergétique capable d’assurer davantage de confort aux habitants et de réduire leurs factures.

Le WWF demande donc d'inciter très fortement à la rénovation et la mutation des bâtiments, et de ne pas tomber dans l’excès de favoriser par des prêts immobiliers avantageux ou une politique d’urbanisme la construction au détriment de l'existant. Il convient par exemple d’étudier la réutilisation de logements ou bureaux vacants, quand ceux-ci sont situés près des transports en communs ou des centralités. Surtout quand deux millions de logements sont laissés vacants en France.

L’enjeu du foncier

Au même titre que l’énergie, le foncier est une ressource épuisable, qu’il convient d’économiser aussi pour le rôle écologique qu’il remplit (régulation des inondations, production de nourriture, activités récréatives, etc.).

Les terres agricoles ou naturelles autour des villes sont trop souvent considérées comme un puits sans fond servant à la construction de logements, de rocades ou de centres commerciaux dans un marché déjà saturé.

Aujourd’hui encore, il est plus facile de construire des logements que de rénover, de construire en « dents creuses » ou préférablement, sur des friches à dépolluer. En France, cela s’applique au zones d’activité ou aux bureaux, qui préfèrent s’installer près des sorties de rocade dans des « parcs » d’activité, avec des bâtiments de plein pied.

Les collectivités locales doivent être en mesure de reprendre les rennes de cette consommation effrénée et non réfléchie du sol, et de privilégier la reconstruction de la ville sur la ville et la revitalisation des centres-bourgs et villes (en articulation avec le renforcement de lignes de transport en commun).

C’est pourquoi le WWF plaide en ce sens et appelle au développement de la connaissance du foncier à l’échelle locale et nationale.

Axes prioritaires

  • Limiter l’expansion urbaine
  • Réduire les besoins de déplacements en mettant à portée de pied des habitants l’accès aux commerces, aux services et à la nature, et en favorisant les transport en commun.
  • Optimiser l’efficacité énergétique des infrastructures (bâtiments, réseau de transport, d’eau, etc.) et de leur construction
  • Encourager les modes de transport doux
  • Favoriser une prise de conscience des habitants
  • Adopter une approche écosystémique, synonyme de production de ressources renouvelables, de recyclage et de récupération des ressources énergétiques et non énergétiques (eau, matières premières, etc.)

un levier de croissance

La transition énergétique est un chantier formidable qui s’ouvre à nous.

Extension des transports publics, isolation et climatisation naturelle des bâtiments, installation de réseaux de transport de l'énergie et développement des énergies renouvelables : autant de chantiers qui pourraient être des mines d’or servant à la création d’emplois verts en France.

Le WWF estime dans les 30 prochaines années, les investissements réalisés dans les villes du monde s’élèveront à 250 000 milliards de dollars.

Ces investissements que nous faisons aujourd’hui détermineront la capacité des générations futures à se développer tout en réduisant leurs émissions de gaz à effet de serre, et en s’adaptant à un climat qui sera sans doute au moins 2°C plus chaud.